Enfants intersexes : une campagne unitaire pour l’arrêt des mutilations

Une campagne unitaire a été lancée lundi 10 septembre 2018, à l’initiative du Collectif Intersexes et Alliés (C.I.A), appelant à l’arrêt des mutilations pratiquées sur les enfants intersexes en France.

Arrêter les violations des droits humains. Voilà l’objet de cette campagne unitaire, lancée par le Collectif Intersexes et Allié.e.s (C.I.A), lundi 10 septembre 2018. Le collectif exige la mise en place d’une circulaire de rappel à la loi, afin de préciser que « le droit des enfants à l’intégrité physique et sexuelle est un droit inaliénable ».

« Aujourd’hui en France, les enfants intersexes sont toujours soumi-se-s à des opérations chirurgicales et des traitements hormonaux sans leur consentement éclairé et sans nécessité de santé. Ces actes constituent des violations des droits humains et ont été condamnés à plusieurs reprises par l’ONU en 2016 », écrit le collectif en préambule de son communiqué.

Mobilisation de la société civile

Le communiqué a été signé par de nombreuses associations comme le Planning Familial, FierEs, SOS Homophobie, Acceptess-T ou Bi’Cause, mais aussi par des personnalités d’horizons divers et variés, enseignants chercheurs, youtubeurs, médecins ou dessinateurs. Le Collectif Intersexes et Allié.e.s, contacté par TÊTU, explique avoir voulu attirer l’attention de la société civile, sur une urgence sociale :

« Nous avons lancé cette campagne car, malgré les condamnations de l’ONU, le rapport du Sénat, les recommandations de la Dilcrah et du Conseil d’Etat, le sujet n’est toujours pas à l’agenda politique. Nous souhaitons une mobilisation de la société civile pour obtenir l’attention des ministres de la Santé et de la Justice. Il y a urgence car, tous les jours, des enfants intersexes continuent à être mutilé.e.s et/ou hormoné.e.s contre leurs volontés. Il s’agit de violences qui ont des conséquences graves et bien connues sur la santé psychique et physique de ces enfants. »

Et sur Twitter, l’association n’a pas hésité à interpeller directement les ministres de la Santé et de la Justice, Agnès Buzyn et Nicole Belloubet :

A LIRE AUSSI : Intersexes : les associations réagissent au rapport du Conseil d’État

Une pétition a été lancée sur le site Change.org pour porter ces revendications. Elle a déjà récolté plus de 3 000 signatures en 24 heures.

La campagne intervient deux mois après la diffusion d’un rapport sur la bioéthique par les sages du Conseil d’Etat. La plus haute juridiction administrative française a notamment préconisé l’arrêt des opérations sur les enfants qui ne sont pas en âge de prendre une telle décision. Le rapport avait été salué par les associations pour sa portée historique et symbolique.

Crédit Photo : Existrans 2017.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail